Portrait

Anatole Collinet Makosso, homme de caractère et d’engagement politique ambitieux

262views

Congolais de nationalité, marié et père de quatre enfants, 56 ans révolus, Anatole Collinet Makosso s’est révélé après sa nomination le 12 mai 2021 au poste de Premier ministre, Chef du gouvernement, comme un homme charismatique et d’engagement politique ambitieux, en orientant ses priorités sur la restauration de l’autorité politique de l’Etat.

Apprécié par sa détermination politique, le nouveau locataire de la primature s’est dit interpellé par le poids de la responsabilité, la charge qui pèse sur lui, au regard des attentes et des espoirs du peuple congolais. «L’État doit avoir son autorité restaurée pour répondre à l’orientation qu’avait donnée le Président de la République dans son discours d’investiture», a-t-il déclaré lors d’une interview après sa nomination.

Entré au gouvernement en 2011, en tant que ministre de la Jeunesse et l’éducation civique, il a été pressenti à ce poste par son implication lors de l’élection présidentielle du 21 mars dernier en étant le directeur national adjoint de campagne du Chef de l’Etat congolais. Cette implication lui a permis de bénéficier de la confiance du Président de la République, M. Denis Sassou N’Guesso.

L’enthousiasme populaire qu’a suscité ma nomination traduit le niveau d’espérance de tout un peuple

Par cette nomination, Anatole Collinet Makosso, l’homme qui a connu un parcours politique atypique, fera face aux nombreux défis du pays, dont les grèves dans le secteur sanitaire, la situation des retraités, le payement des bourses des étudiants, mais surtout parvenir à conclure un accord définitif avec le Fonds monétaire international (FMI), sans oublier la concrétisation des promesses du Chef de l’Etat au cours de ce nouveau quinquennat.

« L’enthousiasme populaire qu’a suscité ma nomination traduit le niveau d’espérance de tout un peuple sur les questions liées à l’intendance, d’abord les questions d’ordre économique et social, parce que ce sont des questions dont doit s’occuper un Premier ministre, Chef du gouvernement », estime Collinet Makosso.

Détenteur d’un diplôme de doctorat en droit pénal international, il est magistrat en position de mise en disponibilité. Opiniâtre et confiant, l’ancien ministre en charge de l’Enseignement primaire et secondaire, à l’image d’un technocrate, il s’est fait distinguer par son travail acharné lorsque le pays a affronté pour la première fois la crise sanitaire sans procédant liée à la pandémie de la Covid-19 et par ses nombreuses actions novatrices ayant permis au Congo d’éviter une année blanche.

Formé dans des mouvements juvéniles et soucieux de l’avenir de la jeunesse, il a créé en 2008 la Concertation pour l’encadrement de la jeunesse et l’Université internationale de Brazzaville en 2009, dont il est le président. Par cet engagement d’aider la jeunesse, le nouveau locataire de la primature devrait œuvrer pour que soit matérialisé le volet social du projet de société «Ensemble, poursuivons la marche» qui met également un accent particulier sur la jeunesse.

« Il s’agit du quotidien des Congolais, de leur problème de santé, de l’école des enfants, de lélectricité dans leurs maisons, de l’eau qu’ils doivent consommer au quotidien. Ce sont ces préoccupations qui ont amené les Congolais à saluer la décision du Président de la République de me confier cette lourde mission », a fait savoir le Chef du gouvernement.

De l’ombre à la lumière

Ancien instituteur de l’école primaire du Plateau des 15 ans, après l’obtention d’un bac pédagogique en 1986, Anatole Collinet Makosso obtient, en 1990, une licence en droit public et devint en 1991 professeur de droit au lycée Karl Marx de Pointe-Noire. C’est à partir de cette période que commence la carrière politique de celui qui tient maintenant en main, d’après beaucoup d’internautes, ‘’l’espoir de la jeunesse congolaise désespérée’’.

A partir de cette période, il a assumé plusieurs fonctions, entre autres celles de conseiller politique puis de directeur de cabinet du préfet du Kouilou. Quelques années après, il a été nommé conseiller du Président de la République et directeur de cabinet de l’épouse du Chef de l’État.

Bilingue (français et anglais), le nouveau Premier ministre est également auteur de plusieurs ouvrages, parmi lesquels ‘’Mvoumvou, levons-nous et bâtissons’’, ‘’L’affaire des disparus du beach de Brazzaville, mises au point pour l’histoire’’ et ‘’La diplomatie civile et humanitaire, la dynamique genre et le règlement des conflits en Afrique’’.

Par GD

Leave a Response