Economie

Le FMI approuve un décaissement de 43 millions de dollars en faveur du Congo

459views

Le Conseil d’administration du FMI a approuvé, à l’issue de la troisième revue de l’accord de Facilité élargie de crédit (FEC) pour la République du Congo, un décaissement de 43 millions de dollars pour permettre au pays de maintenir la stabilité macroéconomique et de renforcer la reprise économique dans un contexte de forte inflation alimentaire.

D’après un communiqué de presse de cette institution financière publié le 19 juillet, ce financement servira à aider les autorités congolaises à mettre en œuvre leurs politiques de développement.

Malgré des progrès réalisés dans la planification des achats, la déclaration de la dette et les efforts visant à accroître la transparence, trois des cinq critères de réalisation liés à la situation budgétaire et à la gestion du service de la dette n’ont pas été atteints, ce qui a incité les autorités à demander des dérogations pour ces trois critères et à prendre des mesures correctives énergiques.

De ce fait, les autorités continueront à poursuivre deux critères de réforme visant à accroître la transparence dans la gestion des ressources naturelles et à augmenter les recettes fiscales. La politique budgétaire mettra l’accent sur la réduction des fragilités tout en maintenant la viabilité de la dette, précise le document.

« Le redressement de la République du Congo s’est poursuivi même si des risques substantiels subsistent dans un environnement mondial incertain. Les dépenses sociales et d’infrastructure, le paiement des arriérés intérieurs et la mise en œuvre progressive des réformes soutiennent l’activité économique. L’inflation devrait s’accélérer modérément avant de retomber au niveau cible, la baisse des prix à l’importation atténuant les ajustements des prix intérieurs de l’énergie », a déclaré le directeur général adjoint et président par intérim, Kenji Okamura À l’issue des débats du Conseil d’administration.

Selon ce communiqué, des mesures correctives énergiques ont été prises pour remédier aux sous-performances. Pour l’avenir, la mise en œuvre résolue des réformes reste essentielle pour maintenir le programme sur la bonne voie. A cet effet, les autorités ont réitéré leur engagement à poursuivre une croissance plus élevée, plus résiliente et inclusive tout en maintenant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette.

Par la rédaction

Leave a Response