Portrait

Néné Ngala Mbea Oko, femme battante, soucieuse de léguer son savoir à la jeunesse

206views

Comptable de profession, devenue styliste et peintre après une période de langue maladie, Néné Ngala Mbea Oko, 48 ans révolus, s’impose dans le monde de la mode en République du Congo, avec pour ambition de léguer son savoir-faire à la couche juvénile.

Créatrice de la marque ‘’Néné Ngala Business’’ (NNB), elle se définit comme une femme battante, qui, pour lancer son activité compte d’abord sur son engagement personnel. « J’ai décidé de changer de métier parce que je ne pouvais pas rester devant un ordinateur pendant longtemps », confiait-t-elle au cours d’une interview exclusive.

C’est en dessinant chez elle que la styliste a découvert ses capacités en dessein. D’où le début d’une carrière dans le métier de l’art après une formation en couture.  Optimiste de nature, elle rêve un jour avoir des modèles parmi les jeunes qu’elle envisage former.

Pour matérialiser son soutien à la jeunesse, la styliste et entrepreneur compte ouvrir d’ici peu, un atelier de couture moderne où seront formés les jeunes, par le biais de son association ”Construire ensemble pour vivre mieux’’.

« Une fois arrivée à un certain niveau, je pourrai solliciter de l’aide auprès des gouvernants. Je sais que toute seule, j’aurai du mal à avancer. L’appui des sponsors me fera également plaisir », déclare-t-elle.

Le savoir-faire prime sur tout

Femme de caractère, créative, courageuse et opiniâtre, la styliste Néné Ngala est attachée à son travail. Elle a fait de l’amour du travail et de la patience son crédo. Avec un langage raffiné et objectif, la styliste laisse entendre que le savoir-faire prime sur tout, même si on est bloqué, on finit toujours par y arriver.

« C’est dans le travail qu’on découvre le savoir-faire que nous avons. Chacun de nous en a. Il faut savoir le développer et être attentif à son intelligence. Je pense que les Africains ne développent pas assez leur intelligence, raison pour laquelle nous envions les Européens », souligne-t-elle.

Une entrée réussie dans le monde de la mode

Native du Congo, elle a quitté Brazzaville en 1989 pour rejoindre sa mère en France, à Paris où elle a passé plus de 30 ans et a commencé sa carrière dans le métier de la mode. Elle a organisé son plus grand défilé de mode en France en 2018 qui avait fait écho dans quelques journaux parisiens, après celle de 2017.

A l’instar de son feu père qui fut aussi comptable de profession, la styliste Néné Ngala a hérité de ce dernier la rigueur et la détermination dans le travail. Du côté de sa défunte mère qui fut caissière, elle a appris l’art de gestion. « On peut te donner beaucoup d’argent, mais si tu ne connais pas gérer, tu ne feras rien avec », estime-t-elle.

La styliste et peintre, à l’image d’une femme africaine pure, valorise son savoir-faire artistique en mettant en exergue le pagne. Mesurant environ 1,70 mètre, souvent souriante avec un foulard de pagne noué autour de la tête, Néné Ngala, aime la transparence dans ses collections.

Pour confectionner ses collections, elle tire son inspiration dans l’observation empirique et l’imagination. On peut constater dans son expression une utilisation redondante du mot ‘’art’’ qui, pour elle renvoie à l’imagination et au rêve. « Les Congolais doivent travailler ensemble », souhaite-t-elle, justifiant la raison d’être de son association.

Passionnée de la danse, du sport, du cinéma et de la lecture, la styliste et entrepreneur espère voir les gouvernants s’intéresser aux métiers de la mode. « J’appelle les gouvernants à aider la jeunesse, car elle en perdition ».

Par GD

Leave a Response