NTIC & TELECOM

Les pays africains entendent améliorer les communications électroniques

795views

Environ 50 délégués des pays d’Afrique, membres de l’Union internationale des télécommunications (UIT), participent du 20 au 22 juin à Brazzaville, au séminaire régional des radiocommunications 2023 pour l’Afrique (RRS-23-Afrique), en vue d’apporter des solutions idoines pour améliorer les communications électroniques.

Ce séminaire de trois jours permettra aux participants non seulement  de trouver des solutions pour l’utilisation du spectre des fréquences radio et des orbites des satellites avec l’application du règlement des radiocommunications de l’UIT, mais également de se familiariser avec les procédures de notification de l’UIT ainsi qu’avec les logiciels et les publications électroniques mis à la disposition des administrations des États membres et des membres du secteur de l’UIT-R par le bureau des radiocommunications.

Les travaux de ce séminaire portent entre autres, sur les procédures d’enregistrement des assignations de fréquences dans le fichier de référence international des fréquences, le cadre réglementaire actuel de la gestion internationale des ressources en fréquences ainsi que les recommandations et les meilleures pratiques de l’UIT-R concernant l’utilisation du spectre pour les services de terre et  spatiaux.

Nécessité d’adopter une approche régionale commune

Ouvrant les travaux, le ministre des Postes et des télécommunications et de l’économie numérique, M. Leon Juste Ibombo, a invité les participants à adopter une approche commune régionale afin de faire entendre la voix de la sous-région et du continent lors de la conférence mondiale des radiocommunications prévue à Dubaï aux Émirats Arabes Unis.

                                           Photo de famille

« Le but de ce séminaire est d’échanger les expériences en matière de gouvernance des ressources en fréquences afin de répondre aux besoins en lien avec la 5G.  Il s’agit aussi d’assurer une utilisation des spectres sans interférence, implémenter des nouvelles technologies émergentes et leur utilisation pour répondre aux besoins des secteurs vitaux et promouvoir la hausse de la connectivité internet dans les zones urbaines et rurales », a déclaré Léon Juste Ibombo.

Le représentant de l’UIT pour la zone Afrique centrale et Madagascar, Jean-Jacques Massima-Landji, a quant à lui souligné que ce séminaire technique prépare les propositions communes africaines qui seront présentées à la réunion de Yaoundé avant d’aller à Dubaï pour la conférence internationale des télécommunications. « L’utilisation des fréquences attribuée aux pays africains participe à la fiabilité et à la cohérence plane. L’Afrique doit jouer sa partition et rechercher les meilleures fréquences qui coûtent moins cher dans les services de roaming », a-t-il poursuivi.

Soulignons que ce séminaire régional est organisé par l’UIT et l’Initiative de politique et de régulation pour l’Afrique numérique (PRIDA), en partenariat avec l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE).

Par GMB

Leave a Response