Vue du Centre d'excellence d'Oyo.
Economie

Le Congo se dote d’un Centre d’excellence pour les énergies renouvelables

465views

La République du Congo s’est dotée d’un Centre d’excellence pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Cet établissement de recherche va permettre de contribuer à l’impulsion et au rayonnement du secteur de la recherche scientifique et de l’innovation technologique au Congo.

Inauguré par le président congolais, Denis Sassou-N’Guesso, le 23 avril à Oyo, dans le département de la Cuvette, en présence de son homologue de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, le Centre d’excellence d’Oyo s’étend sur une superficie de 10.000 m2. Ses cinq bâtiments comprennent entre autres, six laboratoires, 15 bureaux, trois salles de réunion, 30 logements équipés pour les chercheurs et une salle de conférence.

Financé à hauteur d’environ 20 millions d’euros, ce Centre va pouvoir expérimenter des processus variés susceptibles d’être utilisés par les communautés, en mettant l’accent sur la nécessité d’une interaction constructive entre la science et la société, afin de répondre aux défis planétaires actuels.

                        Le président congolais inaugure le Centre d’excellence d’Oyo.

Les activités de recherche et de formation de cette structure de recherche s’articuleront sur des thématiques liées au développement des ressources énergétiques renouvelables, à l’efficacité énergétique dans l’industrie et dans le bâtiment, au nexus eau-énergie-sécurité alimentaire, ainsi qu’à l’environnement et au développement du secteur privé des technologies propres.

Dans son discours de circonstance, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, Delphine Edith Emmanuel a indiqué que ce Centre s’inscrit dans la quête incessante de l’humanité de disposer de l’énergie nécessaire pour le bonheur des humains. « Nous célébrons les énergies renouvelables dans un contexte d’urgence climatique et de transition énergétique impérieuse », a ajouté la ministre Emmanuel.

A cette occasion, le représentant de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi) pour les pays de l’Afrique centrale, Raymond Tavares a déclaré que son institution est prête à offrir l’appui technique nécessaire pour contribuer aux efforts du Congo en matière de diversification économique et de développement durable.

D’après le président directeur général du groupe ENI, Claudio Descalzi, ce Centre, ouvert aux chercheurs congolais et étrangers permettra non seulement d’étudier les possibilités de diversification énergétique, mais aussi de promouvoir l’accès à l’énergie à tous, en mettant en œuvre les technologies innovantes meilleures et efficaces.

La recherche dans ce Centre s’effectuera sur la transition de l’énergie traditionnelle vers l’énergie renouvelable et durable, avec une approche énergie-eau-alimentation, qui est fondamentale pour le développement économique, environnemental et social.

Les populations saluent l’inauguration du Centre

Dans son mot de bienvenu, le président du Conseil municipal, maire de la ville d’Oyo, Gaston Yoka, a rassuré au président congolais les dispositions prises par les autorités locales pour préserver ‘’ce joyau’’ et réserver un accueil chaleureux aux différents chercheurs.

Le président de l’association ‘’Les jeunes actifs d’Oyo’’, Junoir Okemba, quant à lui, a salué le leadership du gouvernement, qui a conduit à la construction de cet établissement de recherche. « Nous sommes très heureux, car c’est une grâce pour nous d’avoir ce bijou dans la ville d’Oyo. Nous espérons qu’avec cette inauguration, le pays pourra diversifier ses ressources énergétiques », a-t-il ajouté.

Le projet de construction et d’opérationnalisation de cet établissement de recherche a été soutenu par plusieurs partenaires, dont l’Onudi, la société ENI et l’Union Européenne (UE).

Rappelons que les énergies renouvelables sont des sources d’énergie dont le renouvellement naturel est assez rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain. Elles proviennent de phénomènes naturels cycliques ou constants induits par les astres, notamment le soleil et la lune.

Par GMB

Leave a Response