Communiqués

Deux trafiquants condamnés à deux ans de prison ferme à Pointe Noire

532views

Le Tribunal de Grande Instance de Pointe Noire, a rendu son verdict, ce 11 juin dans l’affaire de deux délinquants fauniques, interpellés le 5 mai dernier dans cette ville, avec une peau de panthère et sept pointes d’ivoire. Ils ont été condamnés à deux ans de prison ferme.

Philippe Mboumba et Davy Mancath ont été reconnus coupable des délits de détention, circulation et commercialisation des trophées d’espèces animales intégralement protégées, à savoir, une peau de panthère et sept pointes d’ivoire, sectionnées en plusieurs morceaux, représentant une panthère et quatre éléphants massacrés.

Les deux coupables écopent d’une amende solidaire d’un million (1.000.000) de FCFA et de de deux millions (2.000.000) de FCFA de dommages et intérêts solidaire, qu’ils verseront à l’Etat Congolais. Avant ce verdict, plusieurs audiences portant sur cette affaire ont eu lieu au Tribunal de Grande Instance de Pointe Noire. Audiences au cours desquelles, ces individus ont reconnu les faits qui leur ont été reprochés.

Pour rappel, l’interpellation de ces deux délinquants fauniques avait été effectuée par les éléments de la région de gendarmerie de Pointe Noire et des agents de la direction départementale de l’Economie forestière de cette ville avec l’appui technique du Projet d’appui à l’application de la loi sur la faune sauvage(Palf). Ces individus avaient été déférés devant le parquet de la République, en date du 13 mai 2024.

Les deux individus seraient dans un vaste réseau de trafic de produits de faune. L’un aurait ramené cette peau de panthère et ces pointes d’ivoire du district de Madingo-Nkayes afin de les revendre à Pointe-Noire. Il serait également un fournisseur des munitions aux chasseurs. L’autre quant à lui, l’aiderait dans le trafic de ces produits. Un crâne de gorille a d’ailleurs été trouvé, exposé dans le salon de sa maison, à l’issue d’une perquisition.

Le commerce illégal de produits de faune conduit à l’extinction des espèces animales sauvages à travers le monde. Le Congo, qui s’est engagé à protéger ses espèces animales en voie d’extinction, reste vigilant et sanctionne tous ceux qui entravent la loi en matière de protection de la faune sauvage.

Le travail, régulièrement accompli par les autorités dans cette lutte contre la délinquance faunique, produit des effets positifs. Le 31 mai dernier à Brazzaville, deux présumés trafiquants avaient été pris pour ces même délits à savoir : la détention, circulation et tentative de commercialisation de deux pointes d’ivoire. La procédure judiciaire inhérente à cette affaire est en cours.

L’article 27 de la loi 37-2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées au Congo, stipule que « l’importation, l’exportation, la détention et le transit sur le territoire national, des espèces intégralement protégées, ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits, sauf dérogations spéciales de l’administration des eaux et forêts, pour les besoins de la recherche scientifique… ».

Leave a Response