Vue des espèces animales du Bassin du Congo/Photo d'archives.
Environnement

Amazonie-Congo-Bornéo-Mékong : Des atouts énormes pour ces trois Bassins forestiers

845views

La République du Congo va abriter du 26 au 28 octobre, le sommet des trois Bassins forestiers, à savoir l’Amazonie, le Congo et le Bornéo-Mékong-Asie du Sud-Est. Ces trois bassins représentant 80% des forêts tropicales à travers le monde et deux tiers de la biodiversité terrestre, regorgent des atouts énormes pour la survie de la planète.

« Ces trois Bassins portent 80% des poumons verts. Beaucoup de choses nous lient. Nous sommes en train d’aller vers une déclaration de principe fort, en vue de pérenniser cette conjugaison des trois bassins que nous portons, avec le soutien des Nations unies et d’autres partenaires du monde », a déclaré le 16 octobre dernier à Brazzaville, la ministre de l’Environnement,  du développement durable et du Bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault au cours d’un échange avec la presse.

Le Bassin de l’Amazonie, plus vaste écosystème de la planète

Le Bassin de l’Amazonie, plus vaste écosystème et forêt tropicale de la planète, s’étend sur neuf pays, notamment le Brésil, représentant à lui seul environ 60% de la forêt amazonienne, le Pérou (13%), l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, la Bolivie, la Guyane française, le Suriname et la République du Guyana.

Ce Bassin abriterait 10% de la biodiversité mondiale avec 40.000 espèces de plantes, 3.000 espèces de poissons d’eau douce et plus de 370 de reptiles, en plus d’autres espèces encore méconnues et non répertoriées. Par sa diversité d’habitat et de zones humides, la région accueille des milliers d’espèces forestières tels que le héron agami, le coq de roche, le paresseux, le singe araignée, ou bien des espèces vivant en milieu humide telles que la loutre géante et le caïman noir.

Il dispose depuis environ dix ans de différents processus d’intégration régionale, à l’instar du marché commun du sud (MERCOSUR), la Communauté andine des Nations (CAN) et l’Organisation du traité de coopération amazonienne (OTCA). L’Amazonie est la région de l’Amérique du Sud couvrant les bassins moyen et inférieur de l’Amazone. Elle couvre 6,7 millions de km2.

Concernant sa diversité biologique, le poids de la richesse de l’Amazonie dans la biodiversité mondiale est variable suivant les groupes zoologiques : 2% des arachnides mondiaux se trouvent en Amérique, 3% des myriapodes, 28% des ricinules, 9% des schizomides et des scolopendromorphes, 7% des pauropodes, selon les chiffres d’une source sûre.

Aussi, la même souligne qu’en Amazonie, il existe des espèces spéciales, parmi lesquelles le pirarucu, un des plus grands poissons de l’Amazone, qui mesure jusqu’à 3 à 5 m de long et peut peser entre 200 et 400 kg ; le capybara, le plus gros rongeur du monde, qui se promène le long des berges de fleuve, mesurant entre 1,05 et 1,35 m de long et pèse de 35 à 65 kg ; ainsi que le dauphin rose, un dauphin de l’ordre des odontocètes, qui vit exclusivement en rivière. Il mesure environ 2,80 m pour un poids allant jusqu’à 150 kg.

Le Bassin du Congo, grand puits de carbone au monde

L’un des plus importants massifs de la forêt équatoriale, le Bassin du Congo se hisse au rang de deuxième forêt plus grande de la planète terre après l’Amazonie. Reconnu comme “le poumon de l’Afrique”, il est le plus grand puits de carbone au monde, absorbant plus de carbone que l’Amazonie. Couvrant environ 3,7 millions de Km2, il s’étant sur six pays, à savoir le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo (Rdc), la République du Congo, la Guinée Équatoriale et le Gabon.

Il joue donc un rôle crucial dans la stabilité du climat mondial, avec un couvert forestier et des tourbières séquestrant l’équivalent de 10 années d’émissions mondiales de CO2. Plus de 10.000 espèces de plantes tropicales et d’espèces menacées se trouvent dans ce Bassin. Outre cela, plus de 400 espèces de mammifères, 1.000 espèces d’oiseaux et 700 espèces de poissons s’y trouvent.

        Une vue du Bassin du Congo/Photo d’archives.

Sa forêt tropicale assure la sécurité alimentaire et constitue une planche de salut pour des populations autochtones et locales, ainsi qu’un habitat crucial pour des espèces menacées. La préservation des forêts du Bassin du Congo est généralement jugée vitale non seulement pour l’avenir de l’Afrique, mais aussi pour celui du monde entier. Le Bassin du Congo regorge plusieurs espèces animales, dont les gorilles de plaine et de montagne, les chimpanzés, les éléphants de forêt, les buffles, les crocodiles et les poissons tigre goliath.

Comme le bassin amazonien, il abrite une des forêts tropicales denses les plus riches du monde en biodiversité, et il subit une déforestation importante, soit de 0,16 % par an en 2010.

Le Bassin du Bornéo-Mékong, troisième écosystème mondial de biodiversité

Composé de deux sous-régions, notamment celle de l’île de Bornéo et celle du Fleuve Mékong, le Bassin du Bornéo – Mékong – Asie du Sud-Est, est le troisième écosystème mondial de biodiversité et des forêts tropicales. Le Mékong est l’un des plus grands fleuves au monde, il traverse six pays, à savoir la Chine, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Vietnam qui se partagent les ressources naturelles et les terres qui l’entourent.

L’île de Bornéo quant à elle, est la quatrième plus grande île du monde. Elle représente seulement 1% des terres de la planète, mais détient environ 6% de la biodiversité mondiale dans ses forêts tropicales. L’Indonésie est la figure de proue du bassin du Bornéo Mékong – Asie du Sud-Est.

Au regard des impacts liés au changement climatique dans le monde, les atouts de ces trois Bassins forestiers méritent d’être sauvegardés.

Par GMB

A lire aussi : Le Sommet des trois Bassins, une opportunité pour former une coalition mondiale

Leave a Response