Economie

L’économie mondiale en passe de réaliser sa plus faible performance depuis 30 ans

663views

L’économie mondiale devrait enregistrer d’ici fin 2024 sa plus faible croissance du PIB sur une demi-décennie depuis 30 ans, indiquent les dernières Perspectives économiques mondiales publiées récemment par la Banque mondiale.

D’après la Banque, la croissance mondiale devrait ralentir pour la troisième année consécutive, passant de 2,6 % l’an dernier à 2,4 % en 2024, soit près de trois quarts de point de pourcentage en dessous de la moyenne des années 2010. Les économies en développement ne devraient croître que de 3,9 %, soit plus d’un point de pourcentage de moins que la moyenne de la décennie précédente.

Après une performance décevante l’année dernière, les pays à faible revenu devraient connaître une croissance de 5,5 %, plus médiocre que prévu. À la fin de 2024, les habitants d’environ un pays en développement sur quatre et d’environ 40 % des pays à faible revenu seront toujours plus pauvres qu’ils ne l’étaient à la veille de la pandémie de COVID en 2019. Et les économies avancées devraient voir leur croissance ralentir à 1,2 % cette année, contre 1,5 % l’année dernière.

« Un tel scénario entraverait les progrès accomplis dans la réalisation de nombreuses priorités mondiales. Cependant, il est encore possible d’inverser la tendance. Le rapport préconise une trajectoire claire pour ce faire, et décrit la transformation possible si les gouvernements agissent dès maintenant pour accélérer l’investissement et renforcer leurs cadres de politique budgétaire », a déclaré l’économiste en chef et premier vice-président du Groupe de la Banque mondiale, Indermit Gill.

Les pays en développement doivent augmenter leurs investissements sur le climat

Dans le cas de la lutte contre le changement climatique et la réalisation d’autres objectifs clés du développement mondial d’ici 2030, les pays en développement devront augmenter considérablement leurs investissements, jusqu’à environ 2.400 milliards de dollars par an. Mais en l’absence d’un véritable train de mesures, les probabilités d’une telle progression sont minces, souligne la Banque.

De ce fait, la hausse de l’investissement par habitant dans les économies en développement entre 2023 et 2024 ne devrait être que de 3,7 % en moyenne, soit un peu plus de la moitié du taux des deux décennies précédentes.

Par GMB

Leave a Response