Les Tours jumelles de Brazzaville/Photo d'archives.
Economie

Le Congo pourrait bénéficier d’un décaissement de 43 millions de dollars américains

849views

La République du Congo aurait accès à 32,4 millions de DTS, soit environ 43 millions de dollars américains à l’issue de la revue du Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI). Ce décaissement, s’inscrivant dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (FEC), est subordonné à la poursuite de la mise en œuvre des mesures convenues, ainsi qu’à l’approbation du Conseil d’administration du FMI.

L’annonce a été faite par Roland Kpodar, qui a dirigé une équipe du FMI lors des réunions virtuelles tenues récemment pour mener les consultations de 2024 au titre de l’article IV et les discussions sur la cinquième revue du programme triennal du Congo au titre de la FEC. A l’issue de cette mission, les services du FMI ont parvenu à un accord au niveau des services sur la cinquième revue de la FEC pour la République du Congo.

Dans un communiqué publié le 29 mai dernier, l’équipe du FMI s’est félicitée de l’engagement renouvelé des autorités à intensifier les efforts pour préserver la viabilité des finances publiques et de la dette, augmenter les dépenses sociales, renforcer la gouvernance et la gestion de la dette, tout en jetant les bases d’une croissance plus forte et plus inclusive.

A l’issue de cette mission, Roland Kpodar a signifié que la reprise économique du Congo a ralenti en 2023 pour atteindre 2%, reflétant principalement une baisse inattendue de la production pétrolière, de fortes inondations, des pannes d’électricité et un affaiblissement de l’investissement public.

Cette croissance devrait se renforcer pour atteindre 2,8% en 2024 et maintenir cette dynamique à moyen terme, principalement portée par le secteur hors pétrole, alors que la production d’hydrocarbures stagne. L’inflation, qui a atteint une moyenne de 4,3% en 2023 en raison des coûts d’importation élevés et de la hausse des prix des carburants, devrait progressivement diminuer pour atteindre l’objectif régional de 3% à moyen terme.

« Les performances dans le cadre du programme soutenu par le FMI ont été globalement satisfaisantes, la plupart des objectifs quantitatifs et indicatifs ayant été atteints. La situation budgétaire s’est améliorée en 2023, reflétant la sous-exécution des dépenses publiques et les économies réalisées grâce à la réforme des subventions aux carburants », a déclaré Roland Kpodar.

Des défis persistent sur le front de la gestion de la dette

D’après les déclarations du chef de cette mission, des défis subsistent sur le front de la gestion de la dette, de l’exécution des dépenses sociales et de la mise en œuvre du programme de réformes structurelles. Malgré des progrès significatifs, des retards persistent dans la réorganisation de la Caisse congolaise d’amortissement, la promulgation de lois sur la TVA liée aux hydrocarbures et l’opérationnalisation de la législation sur les conflits d’intérêts.

Les consultations de 2024 au titre de l’article IV ont été axées entre autres, la sauvegarde de la viabilité budgétaire et la libération du potentiel d’une croissance forte, résiliente et inclusive, qui repose sur un progrès continu en matière de réformes structurelles ; les priorités de politiques économiques incluant l’amélioration de la gestion des finances publiques, l’augmentation des recettes intérieures, la rationalisation des subventions énergétiques, l’amélioration de l’environnement des affaires, et la promotion de l’inclusion financière.

Rappelons qu’une équipe du FMI a tenu des réunions virtuelles du 2 au 16 mai dernier pour les consultations de 2024 au titre de l’article IV et les discussions sur la cinquième revue du programme triennal du Congo au titre de la FEC.

Par la rédaction

Leave a Response