Economie

360 millions de FCFA pour financer les activités agropastorales et halieutiques

263views

Le Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale (PDAC) et les promoteurs des plans d’affaires du Projet d’appui aux moyens de subsistance durables dans le département du Pool (PASD) ont signé, des conventions de financement de 360 millions de FCFA pour financer les activités agropastorales et halieutiques.

Signées le 1er avril à Kinkala, dans le département du Pool par le coordonnateur national du PDAC, Isidore Ondoki et 186 promoteurs des plans d’affaires, ces conventions concernent 90 promoteurs des plans d’affaires des districts de Kinkala, 66 de Mindouli et 30 de Goma Tsé-Tsé.

Les 186 promoteurs sont bénéficiaires du PASD mis en œuvre entre 2019 et 2022 par le Congo et la Banque mondiale. Ce projet est poursuivi dans son volet appui aux activités génératrices de revenus, à travers la composante 1 relative à l’appui direct aux groupes de producteurs et des micros, petites et moyennes entreprises agroindustrielles du PDAC.

« A travers ce projet, l’Etat renforce les activités agropastorales et halieutiques dans six villages des districts de Kinkala, Mindouli et Goma Tsé-Tsé. Nous sommes heureux parce que près de 400 personnes se sont déplacées de ces villages pour venir signer les plans d’affaires », s’est réjoui le coordonnateur national du PDAC.

Il s’agit des fonds publics que le gouvernement a empruntés à la Banque mondiale afin d’en donner gratuitement à la population congolaise pour des besoins des micro-projets. « Nous insistons sur le fait que la population ne devra pas se détourner des activités agropastorales et halieutiques. Nous voulons qu’elle continue à pratiquer ces activités parce que parmi les bénéficiaires il y a beaucoup d’ex-combattants », a souligné Isidore Ondoki.

Quant à eux, les bénéficiaires ont exprimé leur joie après la signature de ces conventions. « Pour moi, c’est un rêve. Je suis vraiment dans la joie pour ce geste. Ces fonds seront utilisés à bon escient, parce que pour nous c’est comme un test », a déclaré l’une des bénéficiaires.

Notons que le montant de chaque bénéficiaire varie entre un et cinq millions en fonction des besoins exprimés par les acteurs.

La cérémonie de signature de ces conventions s’est tenue en présence du Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolélas, et des autorités locales.

Par la rédaction

Leave a Response